VIBZ-Mag.com| Magazine en ligne, actualité locale, artistes et models

Accueil du site > Artists > COCOA TEA | LE VETERAN

COCOA TEA | LE VETERAN

C’est à Paris, juste avant son concert à l’Élysée Montmartre que Cocoa tea aka Calvin Scott nous donne rendez-vous pour son interview exclusive. Après 34 ans de carrière et presque autant d’albums, sa simplicité et sa bonne humeur attestent encore la modestie de cet artiste de légende. Conversation intime avec l’un des vétérans du reggae, dans les locaux de GARANCE PRODUCTION..

VIBZ : Qu’est-ce ça fait d’être le vétéran du reggae ?

Ça fait beaucoup de bien, surtout quand on a travaillé dur pendant des années, à essayer de véhiculer des messages à travers le monde. Oui, ça me fait plaisir d’être un vétéran, un instigateur. Vous savez, le succès, la notoriété, ces choses-là n’arrivent pas du jour au lendemain ! Ce business, c’est un travail de longue haleine. Je suis vraiment reconnaissant d’être encore là aujourd’hui, je suis fier de ma longévité dans ce milieu.

VIBZ : Justement, quel est le secret de cette longévité ?

Comme j’ai l’habitude de le dire, « Conservez-vous en bonne santé et faîtes preuve de sagesse ». Selon moi, il faut aussi bien se nourrir et faire de l’exercice !

VIBZ : Quel genre d’exercice ? Des pompes ?

Oui, je fais des pompes, des abdominaux, du footing, tous les jours ! Il faut tout simplement se maintenir en forme ! Il faut évidemment se nourrir correctement. Pour ma part, je ne consomme pas de viande, pas de sucres, ni certains types de graisses.

VIBZ : Quels conseils adresseriez-vous à la nouvelle génération d’artistes dancehall ?

Mon principal conseil a toujours été simple :« faîtes de la bonne musique les gars » ! La raison pour laquelle on entend toujours parler de Bob Marley, de Burning Spears, de Peter Tosh, etc., c’est parce qu’ils ont toujours fait de la très bonne musique ! Ils ont fait de la musique porteuse de messages, et qui avait du sens, une musique qui pouvait éduquer toute une génération. Il faut faire de la musique qui dure, qui traverse les générations sans prendre une ride et ne pas faire de la musique qui n’aurait pas de lendemains. Vous savez, les paroles de Malcolm X, de Martin Luther King, de Bob Marley et de bien d’autres raisonnent encore aujourd’hui parce qu’ils avaient des messages inspirés qui pouvaient à leur tour inspirer des nations entières. En gros, je leur dirais qu’il faut faire de la musique qui résisterait à l’épreuve du temps qui passe.

VIBZ : Quel est votre sentiment face à la diffusion à travers le monde du reggae-dancehall et face au caractère universel que celui-ci a pris aujourd’hui ?

Je fais partie des pionniers de cette musique, vous savez, donc l’universalisation du reggae dancehall me fait le plus grand bien. Je suis heureux pour cette nouvelle génération. Mais, ma réserve se porte sur les messages qu’ils véhiculent. J’aimerais entendre des messages plus profonds, des choses plus positives que même les enfants de France pourraient approuver. Je n’ai pas envie d’entendre parler de violence, d’armes, et autres choses négatives. J’aimerais qu’ils transmettent des messages beaucoup plus positifs. Mais dans l’ensemble, je suis heureux de constater que cette musique est reconnue à travers le monde.

VIBZ : Quelle est l’origine de ton nom de scène Cocoa Tea ? Etes-vous vraiment aussi bon qu’un chocolat ? (rires)

Les gens peuvent en attester, vous savez !! Si je n’étais pas aussi bon qu’un chocolat, plus aussi bon qu’auparavant, vous ne seriez pas là en train de m’interviewer aujourd’hui (rires) ! En fait, Cocoa Tea, ça vient tout seulement du cacaoyer dont on tire du chocolat. Souvent, quand j’étais gamin, le soir ma maman me disait : « Je n’ai pas envie de faire à manger ce soir, je te ferais un petit chocolat chaud que tu mangeras avec du pain ». Et moi, je lui répondais : « Oui maman, fais-moi du bon chocolat chaud » ! (Rires) J’ai toujours adoré le chocolat chaud, et donc voilà, c’est donc resté jusqu’à devenir mon nom de scène.

VIBZ : Y a-t-il des sujets qui vous fâchent, qui vous mettent hors de vous ?

Le reggea, c’est avant tout une musique qui traduit la souffrance et la lutte des peuples ! Il y a des guerres et de nombreux traumatismes qui affectent de nombreuses nations à travers le monde. Il y a beaucoup d’injustices dans le monde ! Les attentats du 11 septembre au World Trade Centre par exemple ont changé la face du monde. Il en a été ainsi parce que certaines nations ont essayé d’en contrôler d’autres en usant de stratégies et en leur dictant de quelle façon il faudrait vivre. Vous savez, la liberté d’expression est une valeur démocratique, pourquoi devrais-je être censuré sur certains sujets. Évidemment, ces choses-là me rendent furieux et je me dois de l’exprimer.

VIBZ :Évidemment, vous chantez avec votre cœur !

Oui, c’est tout à fait ça.

VIBZ : Habituellement, les journalistes vous posent des questions bien précises. Quel genre de questions ne vous ont-ils jamais posé ?

On peut me poser n’importe quelle question !! Je ne suis pas quelqu’un de fermé ! Quand je réponds à une question, je le fais avec tout mon cœur. Et même si ma franchise, la vérité font mal ou dérangent, je m’exprime quand même, autrement je serais un hypocrite ! Je ne suis pas un hypocrite, je suis quelqu’un de vrai et de sincère.

VIBZ : Quel est le secret de votre succès ?

L’honnêteté ! C’est la chose la plus importante dans la vie. Si on est honnête, on a du succès ! Quand on est malhonnête, on ne récolte que du mauvais. Tout ce que j’exprime à travers mes chansons est sincère.

VIBZ : Vous n’en êtes pas à votre premier passage en France. Que pensez-vous des fans Français ?

Mes fans Français sont très réceptifs à ma musique, ils aiment le reggae ! Ce que je trouve en France auprès de mes fans, je ne le retrouve pas en Italie ou en Suisse. Les Français aiment ma musique et je le ressens, ils assistent à mes concerts avec leur cœur.

VIBZ : Une dernière question assez personnelle… J’aimerais savoir de quelle façon vous cuisinez votre poisson et vos légumes (rires) ?

Je les cuisine à la vapeur ! Je cuisine mes gombos, mes carottes et mes patates à la vapeur. J’y rajoute un peu de piment doux, un peu d’huile d’olive et j’épice à souhait. Je fais aussi bouillir un peu de lait de coco, je rajoute un peu d’eau, j’épice mon poisson, je l’y plonge et je laisse mijoter 25 minutes à peu près.

- INTERVIEW : MEL.L / AUDREY NICOLAS
- TRADUCTION : ANIA.M

15 mars 2008

Répondre à cet article




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Réalisation : PaysageWeb - Conception graphique : Synergix