VIBZ-Mag.com| Magazine en ligne, actualité locale, artistes et models

Accueil du site > Artists > LIEUTENANT | La Vérité sur l’affaire du Blog

LIEUTENANT | La Vérité sur l’affaire du Blog

C’est dans les studios de DJ GIL "The Night Leader" que nous avons interviewer Lieutenant, un jeune homme d’une simplicité équivalente à son talent : incontestable.


Lieutenant & mali

VIBZ : Dis-moi Lieutenant, depuis combien de temps as-tu commencé la chanson ?

J’ai commencé la chanson vers 15-16 ans, à l’époque des Métal Sound, et où les groupes de dance hall commençaient à émerger. J’ai été influencé par ma grande sœur, une des premières femmes à avoir fait du dance hall et que je suivais lors de ces prestations.

VIBZ : Quel âge as-tu aujourd’hui ?

J’ai 29 ans. Je sais, je ne les fais pas !

VIBZ : Et, pourquoi Lieutenant comme nom de scène ?

À l ‘époque où j’ai choisi ce nom, j’étais encore au collège et il fallait choisir un nom pour pouvoir me faire respecter ! J’ai choisi Lieutenant : un nom raisonnable pas trop méchant ni trop gentil ! Il faut dire aussi que le choix a été influencé par le fait que j’adorais m’habiller en militaire, et je suis un gars assez baraqué, donc ça me va assez bien !

VIBZ : Te considères-tu aujourd’hui comme faisant partie de la nouvelle génération de DJ en Martinique ?

Je suis assez divisé là-dessus. On est en 2007 et j’ai participé à un album en 1999 ! Depuis 1999, je parcours la scène et grâce à dieu, j’ai su m’imposer auprès de chaque génération au fil des années, mais je ne sais pas vraiment si la génération de DJ à laquelle j’appartiens à quelque chose de nouveau, je ne sais pas vraiment où me situer.

VIBZ : On sait que ton style se démarque par rapport à ce qui se fait d’habitude en Martinique, mais que t’ont apporté les doyens du dance hall local ?

Pour être un bon DJ, il faut évidemment s’inspirer et prendre exemple sur d’autres comme Janik, Sonky… Ce sont les premiers noms qui me viennent car ils m’ont beaucoup influencé et sont toujours un exemple pour moi. Je leur envoie un big up au passage, car sans eux, je n’aurais pas été là je pense.

VIBZ : Les lyrics d’un de tes derniers morceaux parlent des blogs. Y a-t-il une histoire derrière cela ?

Tout à fait ! Il y a 3 mois, j’ai eu un différend avec un individu sortant de nulle part et qui tenait un blog où il se faisait passer pour moi. Cet individu a sali de nombreuses personnes y compris moi-même. Il a voulu nuire à ma carrière par jalousie selon moi. Au tribunal, il a avancé qu’il avait eu vent de médisances de ma part à son sujet alors même que je ne l’avais jamais fréquenté. J’ai donc écrit ce morceau pour que ce genre d’individu n’agisse plus ainsi et, en tant qu’artiste, pour pouvoir régler ce problème au micro. Cet individu avait déjà créé des problèmes à d’autres personnes du milieu du dance hall comme Do Miguel, Mc Janik, Dady Pleen. À mes yeux, c’est un psychopathe, quelqu’un qui a eu un gros échec dans le dance hall et qui ne l’accepte pas. Il s’appelle Popa Micky, c’est un vétéran, et c’était quelqu’un que je respectais d’ailleurs. Autant dire que ses agissements m’ont vraiment surpris et je ne comprends toujours pas ses raisons.

VIBZ : Et où en est cette histoire à l’heure actuelle ? Le blog a-t-il été fermé ?

Il a été fermé et suite à ma plainte, Poopa Micky devra répondre de ses actes et notamment d’usurpation d’identité. Certaines personnes de mon entourage ont vraiment cru que j’étais à l’origine de ce blog. Certains étaient même prêts à m’enterrer ! Cela m’a permis de voir leur vrai visage, de savoir qui était vraiment mes amis et mes ennemis.

VIBZ : Pour changer un peu de sujet, ton prochain album est prévu pour quand ?

Je n’ai pas vraiment de date, mais je prépare quelque chose de qualité et je prends mon temps.

VIBZ : Tu as déjà une idée des thèmes que tu vas aborder ?

Mes textes seront toujours les mêmes, toujours militants.

VIBZ : Parle moi un peu de tes rapports avec l’Homme Paille !

L’Homme Paille est un gars de la génération actuelle et que j’apprécie beaucoup au même titre que Byron. Ils ont fait un vrai travail au niveau du franc-parler car ils osent parler de la réalité sans tabous et sans craindre la censure et cela suffit à faire la différence avec d’autres artistes.

VIBZ : On doit donc s’attendre à des featurings explosifs avec eux sur ton prochain album alors ?

Ben oui (rires) !

VIBZ : Il y aura Byron, l’Homme Paille, qui d’autre ?

Byron, l’Homme Paille, peut-être Caporal Micky aussi, un gars de Guadeloupe que j’apprécie beaucoup. Il y en aura certainement d’autres, mais je n’ai pas encore vraiment pris ma décision sur les featurings de mon album.

VIBZ : Tu as un succès retentissant sur l’île, comment jauges-tu ta popularité ?

Je pense que je dois ma popularité à mon style qui est de dire la vérité. Parfois celle-ci blesse, mais fait aussi la différence. À travers ma musique, j’essaye de transmettre des messages, de dire tout haut ce que les gens pensent tout bas. Je viens d’un quartier difficile et je suis peintre en bâtiment autant dire que je suis proche des gens, et que je connais la réalité de la vie dans ces quartiers. J’ai le devoir d’en parler en tant qu’artiste, je ne peux pas tricher sur cette réalité que je côtoie. C’est mon engagement et j’ai un côté Neg Marron qui fait partie de ma personnalité.

VIBZ : Quelle est la technique vocale nécessaire pour tester aussi vite que toi ?

Franchement, je ne chante pas vite pour impressionner ! C’est un style parmi d’autres. Je pratique le fastyle depuis mes débuts.

VIBZ : Parle nous de ton parcours.

Mon premier texte date de la classe de cinquième. J’ai par la suite rencontré Sael avec qui j’ai créé Reggae Soul 2. À l’époque, on était 5 : il y avait African T, Dahona, Ices Matter, Sael et moi. On faisait des Sound Systems dans notre cité et dans les petits quartiers où l’on était invité. C’est grâce à cela qu’on a pu juger de nos capacités, de notre travail car c’est le public qui jugeait nos textes. S’ils les appréciaient, on travaillait le texte plus en profondeur en vue de le perfectionner, sinon, on laissait tomber. On allait chanter pour obtenir une note du public car c’est le public qui fait l’artiste. Après cette période d’apprentissage en Sound Systems, on a voulu concrétiser notre travail en sortant un album. On a frappé à la porte du Trinity Sun Studio qui était à l’époque la maison mère du dance hall, là où les grands de l’époque comme Ruffneg et RMTG répétaient.

On nous a dit qu’on avait une bonne base mais que ce n’était pas suffisant pour aller plus loin. On a donc travaillé pendant 2-3 ans pendant lesquels on a fait quelques live avec RMTG, ce qui nous a beaucoup apporté. J’ai aussi travaillé avec Sparthe, membre du groupe ABM avec qui j’ai travaillé sur le titre « Opération coup de poing » de l’album « Sparthe and Friends » sorti en 1999. C’est à partir de là que ma carrière a vraiment décollé : j’ai fait des podiums, des compilations, j’ai intégré Sael and Friends qui m’a encore plus ouvert la voie. On en a fait un DVD, on est allé en Guyane, en Guadeloupe et ça m’a enrichi. Mais c’est de l’album « Underground » que provient mon succès d’aujourd’hui avec le titre « 9 millimètres ». Ce morceau a vraiment relancé ma carrière ! Il est même sorti au niveau national sur la compilation « French Ragga 2006 » qui a rassemblé les meilleurs morceaux dance hall de l’année. J’ai aussi été nominé en 2007 au prix de la Sacem, catégorie « meilleur dance hall » avec « 9 millimètres » !

VIBZ : Quels sont tes projets dans un futur proche ?

Pour le moment, je me concentre sur mon prochain album et sur mes participations sur les albums de l’homme Paille et de Sonky.

- MAK 16 JUIN 2007
- REDACTION : ANIA
- VIDEO : JOS, LIL JO

Répondre à cet article




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Réalisation : PaysageWeb - Conception graphique : Synergix