VIBZ-Mag.com| Magazine en ligne, actualité locale, artistes et models

Accueil du site > Selectaz > O BROTHAZ | THAI WINE

O BROTHAZ | THAI WINE

VIBZ MAGAZINE est allé à la rencontre d’un collectif de DJs Jamaïcains et Martiniquais missionaires. Partis de rien vers l’Asie, ils font résonner Taiwan aux rythmes du reggae et du dancehall, avec le premier sound system de l’île...

VIBZ : Qui êtes vous o brothaz ?

Deux Jamaïcains et un Martiniquais qui se sont rencontré a Taipei [Taiwan] ..

VIBZ : Qu’est ce qu’un martiniquais et deux jamaicains sont allé chercher à l’autre bout du monde ?

Au départ chacun d’entre nous avait une motivation différente. [Études des arts martiaux, travail ou tout simplement l’expérience d’une nouvelle vie..]. C’est plus tard que nous nous sommes rencontré et avons partagé les mêmes motivations pour la musique.

VIBZ : Comment sont accueillis les Antillais en Asie ?

Les antillais sont très bien accueilli en Asie, les asiatiques ne font pas trop la différence entre une personne de couleur et une personne blanche, on est considéré comme des étrangers, c’est tout, c’est comme ça qu’il nous perçoivent, mais il n’y a pas de discrimination concernant les races. VIBZ : Le public est-il réceptif à notre musique ?

Aujourd’hui le public est plus réceptif à notre musique, mais il y a toujours cet effet de découverte car on Mix souvent des sons qu’ils n’ont jamais entendu auparavant. Le Dancehall a quand même un peu sa place à Taiwan avec des stars comme Sean Paul, Beenie Man, Shaggy … les Taiwanais réagirons quand on jouera un son connu de Sean Paul mais si on enchaîne avec un son connu de Bounty Killer, Eléphant man ou même Capleton il n’y aura pas de réaction ! C’est là qu’on voit le décalage ! Donc il y a l’effet découverte mais aussi éducatif… Le Roots et très peu développé sur Taiwan , excepté certains groupes locaux [taiwanais et étranger] qui font un peu de Live, le Roots reste très underground, mais on n’arrive à l’introduire dans nos « Set » et les Taiwanais dansent dessus ! Étant donné que les Taiwanais ne connaissent pas bien nos musiques on est obligé d’être très sélectifs sur les sons et sur la façon dont on va les mixer...

VIBZ : Comment et quand avez vous su que vous pouviez monter un sound system à Taiwan ?

Il a fallu faire le premier pas, en commencent sur le tas ! Il y a 3 ans on était les premiers DJ à réellement jouer du reggae dans les clubs. Dès notre premier show on a réalisé qu’il y avait quelque chose à faire ici. Tout simplement parce que le reggae était quasi inexistant dans les clubs et que les gens aimaient danser sur notre musique. On a donc commencer à s’organiser plus sérieusement pour finalement créer notre propre Sound Sytem [Obrothaz Sound System].

VIBZ : Comment cohabitent reggae et culture locale ?

Il faut déjà que le reggae soit bien implanté sur le marché pour parler de cohabitation avec la culture locale, là est le problème ! Les taiwanais n’ont pas d’idée précisent sur ce qu’est le Reggae, excepté le DanceHall qui commence à bien se répandre grâce à certaines stars internationales comme Sean Paul… Au Japon on peut parler de cohabitation du Reggae avec la culture local, le reggae a largement sa place la bas, ils ont 5 grands festivals de reggae avec 20000 ou 30000 personnes au rendez vous ! Autant dire que le reggae fait partie de la culture nippone !

VIBZ : Comment se déroule votre vie au quotidien ?

On a chacun un boulot et en parallèle on boss la musique. On se rencontre dans la semaine pour mixer, préparer nos shows, travailler sur de nouveaux riddims, faire des essais d’enregistrements dans notre studio, échanger nos idées pour développer et faire avancer les choses.

VIBZ : Quelle est la portée de la pensée rastafarienne là bas ?

La pensée rastafarienne est quasiment inconnue, parler de Foi rastafarienne ne signifie pas grand chose ici, en général, ils ont une représentation très primitive de la culture Rasta, leur image est le plus souvent focalisée sur la Jamaïque, Bob Marley, Marijuana, le dessin de la feuille de cannabis, et les couleurs rouge, jaune, vert ! Tout cela à travers des accessoires, vêtements et CD que l’on peu trouver sur les marchés. Pour certain, c’est un peu comme une mode rebelle qu’ils adopteront ou pas, mais très peu chercheront à comprendre ce que signifie le mot Rasta et encore moins à savoir ce qu’est le rastafarisme ..

VIBZ : Aujourd’hui vous êtes le premier sound system à Taiwan, comment vous y êtes vous pris pour accrocher le public ?

En jouant le plus souvent possible, par les promotions, en touchant les médias [radio, journaux..], en organisant des grandes soirées, en jouant dans des club connus. C’est comme ça qu’on c’est fait connaître, et que l’on arrive maintenant à déplacer un certain nombre de personnes à nos évènements.

VIBZ : Quels sont les artistes Dancehall ou reggae les plus appréciés ?

Shaggy et Sean Paul restent les pionniers du Dancehall sur l’île ! L’image de Bob Marley est connue mais sa musique quasiment pas !

VIBZ : La barrière de la langue ne vous à pas posé de problèmes ?

Non, pas dans la musique.

VIBZ : Avez vous rencontré des obstacles par rapport aux autorités ou la population ?

Pas au niveau de la population, les taiwanais sont relativement cool ! Mais plutôt au niveau des autorités administratives ! Cela nous a pris deux ans pour créer notre Label ! C’est le plus gros obstacle que l’on a rencontré. Tout simplement parce qu’on était les premiers étrangers à vouloir créer un Label Taiwan, il n’y avait pas de loi précises sur ça, ils ont en quelque sorte adapté leurs lois pour notre cas ! Sinon l’obstacle classique c’est par exemple quand on rencontre les manageurs des clubs, certains connaissent très peu notre musique et ne veulent pas ou n’arrivent pas à croire qu’on peu mettre le feu dans leur club toute la nuit ! Ils ne croient qu’en le Hip Hop, c’est difficile de les convertir ! Mais ceux qui essayent ne le regrettent pas. C’est comme ça qu’on a pu jouer toute une année dans un club Hip Hop très réputé à Taipei.

VIBZ : On a l’impression que vous êtes des missionnaires à l’autre bout du monde ?

Pas vraiment des missionnaires. On ne veut pas trop de pression par rapport à cela, on sait que cela va prendre du temps, on est installé et on fait nos affaires tranquillement… mais c’est vrai que partout où on passe on essaye d’apporter « la bonne parole » et cette bonne parole a un langage universel : la musique. Quand on voit des taiwanais danser toute la nuit sur nos sons on peut dire qu’on a accompli notre mission ! VIBZ : Vous avez évoqué votre label, à quand des productions reggae dancehall Taiwanaise ?

La production est la partie la plus difficile, tout simplement parce qu’il n’y pas d’artistes [locaux] Reggae Dancehall sur le marché à Taiwan ! Tout est à faire dans ce milieu ou les musiques sont principalement axées sur la musique Pop, Rock alternatif, Hip Hop, R&B, cela nous donne une grande marge. Mais plus tard notre difficulté sera de convaincre les maisons de disques. Aujourd’hui on essaye de sensibiliser les artistes Hip Hop, de les diriger vers des riddims Dancehall, faire des essais en studio, mais le style n’est pas là !
Par contre on a certaines connections avec des artistes locaux qui sont plus dirigés vers le Roots, certains d’entre eux ont voyagés et vécus en Europe ou aux Caraïbes. On attend d’autres artistes pour essayer une percée sur le marché Taiwanais avec une compilation Reggae. Notre Label est implanté sur Taiwan mais nous souhaitons aussi développer des échangent avec des artistes venant d’Europe, Canada, Etats-Unis, Caraïbes, Japon et autres pays d’Asie. Actuellement nous avons des liaisons avec la Jamaïque ou nous avons pu obtenir des Dub Plates spécialement dédicacés pour Obrothaz…

VIBZ : Dernière question, comment on dit en taiwanais :" vibz magazine is my favorite magazine ?

You say : Vibz magazine is my favorite magazine ! Les Taiwanais sont très familiarisés avec l’anglais !

- MAK -

Le 9 Mai 2007

Répondre à cet article




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Réalisation : PaysageWeb - Conception graphique : Synergix