VIBZ-Mag.com| Magazine en ligne, actualité locale, artistes et models

Accueil du site > Artists > RAFYA & KENZY

RAFYA & KENZY

Rencontre avec les deux frères les plus en vue de la scène musicale antillaise. La déferlante de leur tube " Nou ka pren pié la " avec Admiral T les maintient depuis 6 mois en tête des HIT PARADE et promet un énorme succès pour leur premier album " SHOW DEM – NON STOP -"...

VIBZ : Kenzy & Rafya Bonne année ! Le succès et la réussite sont déjà au rendez-vous, que peut-on vous souhaiter de plus pour 2008 ?

Kenzy & Rafya : Et bien pour 2008, déjà la réussite dans les autres projets, car la musique est une passion avant tout, mais la vie continue à coté. Puis concernant cette passion, et bien que cela continue, et que le public ai la possibilité de nous découvrir à travers ce que l’on fait, qu’il continue d’apprécier et de nous soutenir. Et puis pourquoi pas rêver d’un beau live aux Antilles en 2008 !

VIBZ : Kenzy & Rafya, frères de sang, frères de son…auriez-vous imaginé vous retrouver côte à côte dans cet univers ?

Rafya : Pas le moins du monde ! Au début on faisait du foot, comme tout jeune de la cité. Donc on se laissait aller à rêver de carrière et d’autres. Puis petit à petit on s’est intéressé à la musique. On a découvert les premiers One Riddim, les Sound system. Mais sans pour autant pratiquer l’art. Et de fil en aiguille chacun de son côté à ressenti l’appel. Toujours sans en informer l’autre.

Kenzy : Et puis ne voila t’il pas qu’un jour, je lui ai fais écouté une de mes chansons, de son coté Raf avait un crew sur Paris, donc j’écoutais ses morceaux par téléphone. Ca a démarré comme ça. Et puis arriva un jour où j’ai dû poursuivre mes études sur la Métropole.
Bin, on s’est dit, pourquoi pas se lancer à deux. Ce sera plus facile et plus agréable.

VIBZ : "La dancehall en famille", ce n’est pas très commun et on voit que vous y arrivez plutôt bien …quels sont les avantages et les inconvénients de cette combinaison ?

Kenzy : Moi je n’y vois que des avantages. C’est facile. On se connait par cœur, on se comprend. Les conflits sont souvent basés sur des détails, mai sa se règle vite. On est difficilement influençables, l’un séparé de l’autre, car le repère de l’un c’est l’autre lol. Franchement, il n’y a pas d’inconvénients.

Rafya : Quelques fois quand vous bossez avec un inconnu, vous avez peur de le blesser ou de le contrarier, peur de soumettre des idées, parce que vous ne connaissez pas son vécu, ni son passé. Bin, justement là ce n’est pas le cas, on ne passe pas par quatre chemins, c’est cash ! Et c’est tellement mieux comme ça.

VIBZ : Entre nous…à quand remonte la dernière prise de tête ?

Rafya : Waw ! La dernière prise de tête. Elle concernait le choix de la tracklist concernant une scène que l’on devait faire.
Mais bon c’était vraiment un truc bête. Du style on chante ça ! Non ! On fait ça. Lol.

Kenzy : Je suis assez hyperactif et débordant d’idées, donc j’ai plutôt droit à des remontrances. Ya pas vraiment de dispute.

VIBZ : Lequel a le plus de succès auprès des filles ?

Kenzy & Rafya : LOL !

Rafya : C’est lui !

Kenzy : Je pense que c’est lui ! Mais il ne va pas l’avouer.

VIBZ : Trêve de plaisanteries. Le titre qui vous a révélé au grand public « Come back » a connu un très grand succès et continue de nous faire danser, racontez-nous l’histoire de cette compo…

Mr Come Back le « fameux ».

Kenzy : Et bien tout commence une nuit d’été, il faisait chaud, l’atmosphère moite était palpable. LOOL !
Pour être sérieux, une fois arrivé sur Paris, on a eu envie Rafya et moi d’écrire un morceau léger, dansant, entrainant, qui pourrait plaire au plus grand nombre. J’ai commencé à travailler une ébauche de refrain moitié anglais, moitié créole. J’adore le mélange. Puis l’inspiration a fait le reste. On l’a écrit super vite. Et ça a donné Come Back.

Rafya : La petite anecdote, c’est que l’on a contacté les Jamaicains, les compositeurs de Cash Flow, qui ont vraiment accroché sur le titre. Et il s’avère qu’un ami là bas, nous a appris que le morceau était diffusé dans certaines soirées et radio Dancehall à Kingston.

VIBZ : « Show Dem Non Stop » un street album Dancehall, Reggae, Rap, rythmé par soca, reggae, gwo ka…. Qu’est ce que cela représente pour vous de composer avec ces tendances musicales caribéennes ?

Kenzy : Pour nous, le mélange est à la base de tout. Déjà enfants on écoutait beaucoup de choses. En tant que Guadeloupéens, on est au cœur du bassin caribéen avec toutes les sonorités et les cultures que cela implique. Donc obligatoirement, cela se retrouve dans nos choix musicaux, donc dans l’album.

Rafya : Il y a vraiment une envie de faire découvrir au public, ce que l’on écoute. C’est à dire servir nos influences à la sauce Kenzy & Rafya.

VIBZ : Quels sont les thèmes qui vous inspirent le plus et les messages que vous tenez à passer ?

Kenzy : Les thèmes qui nous inspirent sont très variés. Cela peut être des sujets récurrents comme la politique, ou l’amour. Mais la préférence va aux thèmes de tous les jours, les histoires que les potes vivent ou les rumeurs. C’est vraiment de l’écriture au jour le jour.

VIBZ : Après plusieurs collaborations remarquables sur des mixtapes undergrounds comme "Tune afta Tune" et "Dancehall Xpression", c’est avec Admiral T qu’on vous retrouve avec « Nou ka pran pié la », comment s’est faite la connexion ?

Rafya : Ce fût relativement long et fastidieux. On a eu l’envie et le souhait de collaborer avec lui dès le début de l’aventure.
On la rencontré, on lui a présenté notre parcours, notre projet, nos envies et nos ambitions. Il a accroché. Mais ce n’est pas tout, il faut encore séduire son équipe, prouver que nous sommes carrés, fiables et professionnels.
Après il faut adapter les emplois du temps, moi je suis étudiant, Rafya travaille, et Admiral a sa tournée.

Kenzy : Mais une fois le jour et l’heure définis. Ce n’est que du bonheur. On arrive presque à oublier le parcours du combattant. C’est un grand artiste, professionnel et pointilleux. Le morceau nous a plu dès l’enregistrement. C’était la folie en studio. C’est la Musique, What else !?

VIBZ : « Nou ka pran pié la » est un « méga tube » qui a cartonné l’été 2007, quelle a été la recette de ce hit ?

Rafya : La recette est simple. Un bon gros dub de chez Scorblaz. Un featuring magistral et un grain de folie.
On a pris un pied super en studio. Ca a été vite. On s’est tout de suite entendu sur l’idée générale. Il ne manquait plus qu’à record. On rêverait de bosser comme ça tous les jours. lol.

VIBZ : De nouvelles combinaisons sont-elles à envisager avec d’autres artistes locaux ?

Kenzy : Oui pourquoi pas. Il est vrai que l’on aime beaucoup travailler à deux. Ce n’est pas toujours évident de conjuguer les univers et d’avoir un feeling avec un autre artiste. Mais on a des coups de cœur, en Guadeloupe comme en Martinique, et ce serait avec grand plaisir de bosser avec eux.

Rafya : On ne citera pas de nom, ça gâcherait l’effet de surprise. Voyons VIBZ, t’imagine le scoop !!!!! Lol.

VIBZ : Rafya et Kenzy vous sortez aujourd’hui votre premier album, que tout le monde attendait avec impatience, la pression commence t’elle à monter ?

Kenzy : Pression ? C’est quoi ça ?
Et bien, à vrai dire entre Tune Afta Tune et Show Dem, il y a un petit bout de chemin. Aujourd’hui, on a un distributeur, une petite équipe donc cela crée des responsabilités.

Rafya : Mais delà à engendrer de la pression, non ! On a la tête sur les épaules, on sait ce que l’on fait, ce que l’on veut. La musique c’est avant tout une passion. On tente de la faire avec amour, de la respecter, de respecter le public qui nous écoute et soutient, sans se donner des airs, ni s’imaginer être un Rolling Stones.

VIBZ : Qu’attendez vous de cet album ?

Rafya : De l’album, on attend qu’il nous fasse découvrir aux yeux et oreilles du public. C’est un premier pas, une carte de visite. On a des tonnes de choses à présenter, ce n’est qu’un avant goût. Après il ne faut pas se mentir, faire un album engendre des frais. Nous sommes indépendants, donc tout sort de notre poche. Les fins de mois ne sont pas toujours festives.

Kenzy : Avoir un suivi au niveau des ventes permettrait d’équilibrer un peu. Mais cela reste avant tout un moyen de se faire connaître, et de donner le top départ d’une carrière que l’on espère longue. Amen !

VIBZ : Un dernier mot pour les lecteurs de VIBZ MAGAZINE ?

Rafya : Peut être pas un seul.
Mais mille fois merci à VIBZ Magazine, de nous offrir cette interview, qui nous permet de nous faire connaitre.
Et puis aux lecteurs de Vibz, et bien on ne peut que les féliciter d’avoir du goût.
Surtout bonne année à tous. On vous souhaite tous les meilleurs vœux pour 2008.

Kenzy : Comme dit notre chère maman, « Ta vie ne sera que ce que tu veux qu’elle soit ». Donc avançons ensemble, aimons nous, entraidons nous, essayons d’amener notre culture le plus loin possible, car nous sommes les seuls à pouvoir le faire. Lé rèstan ka fè ta yo, an nou fè tan nou ti bwen.

Rafya : Et puis merci à ceux qui nous suivent depuis le début, qui apprécient notre travail, on tâchera de ne jamais vous décevoir.

Thanx for all.

Kenzy & Rafya….Show Dem.

- INTERVIEW : Melissa.M
- PHOTO : MELOGANGSTAA
- REMERCIEMENTS : HORIDOM
- CONTACT MANAGEMENT : ciryl@horidom.com

15 Janvier 2008

Répondre à cet article




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Réalisation : PaysageWeb - Conception graphique : Synergix