VIBZ-Mag.com| Magazine en ligne, actualité locale, artistes et models

Accueil du site > Artists > TANYA SAINT VAL| CONFESSIONS

TANYA SAINT VAL| CONFESSIONS

26 MAI 2007, Garden party dans une somptueuse Villa de Sainte-Marie en Martinique. L’événement est organisé par les 3 desormais célébres associés de BK EVENTS, Bruno, Kevin et Klyne. Une rencontre extraordinaire en live entre Jean-luc Gwanel, le groupe 5 éléments et Tanya St Val. La Diva Guadeloupéénne s’entretient en toute intimité avec VIBZ MAG dans l’une des chambres de la Villa...


vibz mag

VIBZ : Quel est ton constat sur l’état du zouk actuel ?

Quand une musique vieillit, elle se renouvelle. Il y a toujours des polémiques dans la musique, alors les puritains qui ont connu les premiers zouks, le zouk authentique, sont un peu déçus. Mais je crois que le zouk évolue par rapport à ce qui se passe dans le monde. Que ce soit R’n’B ou soul, il y a de moins en moins de musiciens, les choses sont de plus en plus programmées. La musique en général va mal : problème d’achat, coût musical élevé par rapport aux bénéfices. Le zouk malheureusement n’échappe pas au phénomène. Mais avec tout ce qui se passe, avec des artistes tels que Medhi Custos ou Perle Lama, le zouk dure encore et a un vrai potentiel !

VIBZ : Selon toi, comment a évolué la place de la femme dans l’univers musical ?

Plutôt pas mal par rapport au début. La femme professionnelle dans la musique n’était pas bien vue. Le travail nocturne était considéré comme « un métier sale ». Je crois que la génération de Jocelyne Beroard après la mienne, des gens comme nous, ont prouvés que l’on pouvait faire de la musique, en faire un métier, travailler la nuit et avoir une famille. Aujourd’hui je trouve que la femme se porte bien dans l’univers musical.

VIBZ : Dis nous Tanya, quel est ton secret : pas une ride physique, pas une ride musicale ?

Oh merci ! Vous êtes gentil mais je pense qu’il y a quelques rides physiques. Je dors beaucoup, je mange plutôt pas mal, je suis aussi un peu humble avec un cœur sincère. La haine et le ressentiment abîment l’être humain, et je crois que l’âme d’un individu est le miroir de ce qu’il peut représenter. Quand on a une belle âme, qu’on se porte bien, qu’on aime les gens, qu’on est cohérent et qu’on n’est pas méchant, les gens nous aiment tout simplement et la beauté intérieure transparaît, c’est ça qui est important.

VIBZ : Pour garder une telle forme il faut avoir une vie sans difficultés ?

Ah non, j’ai une vie de famille, je suis maman avec tous les problèmes qu’une mère de deux petits garçons de 5 ans peut avoir. Ma vie est faite de bas et de hauts. Je m’accroche aux choses importantes, aux choses qui ont de la vraie valeur, des choses spirituelles en l’occurrence. Je parle de Dieu, je crois que le respect des autres, de la nature, de l’univers, de Dieu, fait qu’on est plutôt positif avec les gens. C’est ça qui fait qu’un être humain peut avoir une lumière particulière. Il n’y a pas de secret !

VIBZ : Aujourd’hui envisages-tu d’explorer de nouvelles tendances musicales ?

Je l’ai tellement dit, tellement souhaité, je l’ai fait un peu à tâtons, comme ça en concert. Ca m’aurait bien plus, mais ce n’est pas facile. Je suis rentrée aux Antilles depuis trois ans déjà et c’est vrai que d’explorer un autre type d’univers aux Antilles ce n’est pas évident, d’autant plus que j’ai déjà une carrière bien assise dans le zouk. L’élite musicale souhaite me voir tenter l’expérience, et un plus grand public populaire souhaite me voir faire du zouk. J’essaie non pas d’allier les deux, j’essaie de me faire plaisir. C’est vrai que j’aurais bien aimé mais bon on verra avec le temps.

VIBZ : Quelles sont tes influences musicales ?

Quand j’étais gamine, ma mère tenait un magasin de musique de soul, de gospel, de zouk et de jazz. Mon père était guitariste, il a fait de la biguine. Donc inconsciemment, je crois que j’ai quelque chose pour la biguine et le blues, mais pas le jazz. Donc quand je chante le blues les gens sont assez étonnés, moi aussi d’ailleurs ! Ce n’est pas ma musique mais il se passe quelque chose. Ma mère écoutait beaucoup Billie Holiday, Ella Fitzgerald, donc je pense que ce sont des choses qui me sont restées et bien plus tard j’ai beaucoup aimé la soul. A mon grand désespoir elle n’a pas encore la place qu’elle devrait avoir en France. J’ai tout tenté mais je crois que c’est la musique que j’aurais aimé faire du fond de mon cœur. Je suis très Erykah Badu, Angie Stone, c’est la musique que j’écoute.

VIBZ : Quelle empreinte souhaiterais-tu laisser dans la musique antillaise ?

J’espère que les gens garderont un souvenir positif de Tanya. D’autant plus que j’ai connu des moments difficiles, je suis passé par un univers très particulier puisque j’ai connu la drogue, et la drogue dure. Donc je reviens de loin, et c’est ce qui a changé mon aspect vis-à-vis des gens et de la vie, et qui m’a permi de m’axer davantage sur la prière. Je crois que je suis passée à côté de plein de choses quand j’ai démarré dans la vie à cause de ça. Aujourd’hui j’essaie de donner le meilleur de moi-même. Donc ce que j’aimerais vraiment que les gens gardent, c’est cette envie d’être positive et de vouloir donner le meilleur de moi-même.

VIBZ : Tu as du beaucoup galéré dans la drogue mais tu t’en es sortie il y a déjà plusieurs années maintenant…

Je m’en suis sortie complètement, ça a été très difficile. A cette époque, j’avais une nature particulière sur scène qui m’amenait à avoir des gestuelles particulières sur scène. Je ne sais pas comment dire mais il y avait une « Tanya » avec tout ce que j’ai pu prendre, et fréquenter comme personnes. Et un beau jour, j’ai arrêté, il y a 10 ou 15 ans ; ça ne s’est pas fait d’un coup. J’ai décidé de changer de vie, ma musique a changée, mes fréquentations ont changées, mais mon public ne m’a pas retrouvée. Ca a été un cap difficile, mais ce n’est pas bien grave car je sais qu’aujourd’hui je suis la vraie « Tanya ».

VIBZ : As-tu malgré tout retrouvé la ferveur de ton public ?

Oui, le public le sait, il y a des gens qui n’ont plus retrouvé cette « Tanya Chalè » dynamique et tout, mais la « Tanya » telle qu’elle est, qui aime sa musique, qui aime les chansons plus à texte. Il y a des gens qui m’ont suivi dans ma démarche, et qui le savent. Je ne me suis pas cachée, j’ai sorti un magazine il n’y a pas très longtemps dans lequel je dis que je suis sortie de la drogue. Je crois qu’en tant que femme, il faut dire aux autres femmes que l’on peut s’en sortir. J’aurais de la peine à me dire que je m’en suis sortie et de laisser tomber les gens qui y sont restés. Je n’ai pas de honte à dire aux gens que je m’en suis sortie. Je suis très contente d’être un porte parole même si ça peut porter préjudice à ma carrière. Je suis très heureuse de pouvoir raconter cette histoire, d’être une bonne maman aujourd’hui et d’essayer d’être une bonne chanteuse.

VIBZ : Parlons de choses plus agréables, plus frivoles pour mieux te connaître Tanya. Si tu n’étais pas chanteuse que serais-tu ?

Question difficile ! Ai-je droit à un joker ? Petite, je me voyais bonne sœur ou chanteuse. Je me voyais aussi dans l’humanitaire, à la Croix-Rouge par exemple, car je voulais aider les autres… Mais je suis devenue chanteuse et j’appartiens à un monde complètement différent de celui dans lequel je me voyais quand j’étais plus jeune.

VIBZ : Le monde de la musique auquel tu appartiens aujourd’hui est-il si différent de celui de l’humanitaire ? N’as-tu pas l’impression d’être tout de même altruiste ?

En fait, le lien dans cette histoire, c’est le don de soi. Ce qui relie le monde de l’humanitaire à celui auquel j’appartiens aujourd’hui, c’est le fait de donner du bonheur aux autres à travers ma musique.

VIBZ : Si tout était à refaire, ferais-tu le même parcours ? Sinon, que changerais-tu ?

(Rires) Dire oui serait utopique ! Je changerais évidemment ma période dans la came.

VIBZ : Comment concilies-tu vie de famille et vie d’artiste ?

Je crois que j’ai rencontré quelqu’un qui m’a accepté et non pas toléré. Cette personne m’a accepté avec mon milieu, avec ma musique, avec mon passé. C’est vraiment un papa très présent pour mes fils. J’ai un univers familial très concret. Je suis très bien entourée, très soutenue, psychologiquement, spirituellement et physiquement. Je me sens donc très bien dans mon univers musical, j’arrive à évoluer et à travailler sans problème du point de vue professionnel et familial. J’insiste sur le travail, car être maman est un travail dur et à plein temps !

VIBZ : Que penses-tu de la télé réalité qui propulse de jeunes artistes sur le devant de la scène en très peu de temps ?

Ben, je crois qu’aujourd’hui, tout est devenu un peu comme le fast-food. C’est le tout à l’économie et tout va vite. Il faut créer des stars très vite, qui finissent par mourir tout aussi rapidement. Il en est de même pour les albums, la mode, les mannequins, les sportifs… Mais c’est le monde d’aujourd’hui ! Mon avis là-dessus ? Ça fait plaisir à certains, mais ça ne fait pas des artistes, ni des stars ! Ça fait des individus que ne se seront pas vraiment battus pour y arriver et qui, quelque part, n’ont pas vraiment de mérite ! Une star a des choses à dire, elle a un vécu, des hauts et des bas, et fait vraiment un effort physique pour percer, pour y arriver ! À part ça, cette télé réalité plait aux jeunes et à du succès, c’est comme le zouk d’aujourd’hui ; c’est donc qu’il y a une demande, un public.

VIBZ : Aujourd’hui dans le zouk, qui selon toi est une star ?

Il y a beaucoup de jeunes stars dans le zouk aujourd’hui. Perle LAMA, Medhy CUSTOS, en font partie selon moi. Je crois qu’à partir du moment où l’on peut faire rêver quelqu’un, à partir du moment où l’on peut lui apporter quelque chose, qu’on peut lui donner envie d’acheter un album, qu’on puisse être un exemple à ses yeux, on est une star.

VIBZ : Alors Tanya, on connaît tes mauvais souvenirs, mais parle-moi un peu du meilleur souvenir de ta carrière !

Le meilleur souvenir de ma carrière ? C’était la première fois que j’ai quitté ma Guadeloupe natale, lorsque j’étais partie en tournée avec Zouk Machine, en métropole ! On était passées par Paris, on a vécu Place d’Italie. On était ensuite parties en Afrique du Sud, au Cameroun, l’occasion pour moi de bien visiter et connaître l’Afrique de l’Ouest. Ce sont des moments que j’ai vécu intensément et qui m’ont fait réaliser ma chance : celle d’être chanteuse et de pouvoir voyager et rencontrer des gens… De supers souvenirs, vraiment !

VIBZ : As-tu déjà été groupie d’un artiste ?

Quand j’étais petite, j’étais fane de Manu DIBANGO tout comme ma maman. Il était venu plusieurs fois au Centre des Arts de Pointe-à-Pitre et j’étais toujours au premier rang pour pouvoir voir et apprécier le saxophone de Manu… J’ai aussi été fane de certains artistes zouk comme Patrick Saint-Eloi, avec qui j’ai travaillé, ce qui fait que nos liens se sont resserrés. Quand j’étais petite, je passais aussi tous les jours devant sa maison pour aller à l’école ! À l’époque, c’était un petit jeune qui jouait de la guitare. Quand j’ai su qu’il appartenait au groupe Kassav’, je rêvais d’être comme lui !

VIBZ : Passons à des sujets plus légers… Quel est ton premier geste de la journée ?

Pipi ! (Rires)

VIBZ : Quelle est ta prochaine destination- vacances ?

Oh, à vrai dire je n’y ai pas encore réfléchi… J’ai déjà pas mal voyagé, mais je connais moins les îles de la Caraïbe ! Donc, je dirais Saint-Domingue, je ne connais pas encore alors pourquoi pas ?

VIBZ : As-tu un animal de compagnie ?

J’en ai eu un. J’adore les chiens ! J’ai eu un petit caniche blanc, Bisou, qui m’a accompagnée partout, même en télé. C’était ma période démentielle avec location de limousine à New York, où je délirais bien… Mais quand Bisou est mort, je n’ai plus eu envie d’en reprendre.

VIBZ : Quels sont tes principaux loisirs ?

À part la musique, il ne reste pas grand-chose (rires) ! Non, mais en ce moment, c’est plutôt les ballades, les promenades avec mes fils, la plage, le resto… J’apprécie beaucoup ces moments de simplicité. Je n’ai pas vraiment de loisir précis, d’ailleurs dimanche dernier, on était partis faire du cerf-volant à la campagne. J’ai des occupations plutôt saines, je suis plutôt campagne, rivière, plage, promenades dans les Deux Mamelles. En plus, j’ai épousé quelqu’un qui est fan de la nature et qui préfère le calme aux soirées !

VIBZ : Quel est ton péché mignon ?

Mon péché mignon ? Une viande bleue sauce roquefort !

VIBZ : Quel est ton type d’homme ?

Bon, il est nécessaire d’expliquer certaines choses. Il y a d’abord la pulsion féminine, qui fait qu’on aime les hommes bien bâtis, beaux, mignons… Mais bon, ce n’est pas vraiment ce qui m’intéresse car j’aime les gens sensibles, vrais et qui me détournent ! Ce qui m’a d’ailleurs attiré chez mon mari c’est le fait de pouvoir sortir complètement de mon univers musical. Je ne vis pas dans un monde éphémère, j’ai les pieds sur Terre, je suis dans le concret, pas dans un paradis doré.

VIBZ : Quel effet ça te fait d’être ma chanteuse préférée ?

Je suis ta chanteuse préférée ? Je suis contente de le savoir. Ça me fait beaucoup de bien. Je pense qu’un artiste a besoin d’être rassuré et d’être aimé. Savoir que les gens m’apprécient, ça me donne envie de me battre parce que la musique, ce n’est pas toujours évident !

VIBZ : Merci à toi Tanya pour ce moment agréable passé en ta compagnie, nous te souhaitons bonne chance dans la réalisation de tes projets, surtout pour la sortie de ta prochaine ligne de bijoux T.S.V. Nous te soutenons et te suivrons pas à pas.

- CONTACT : www.tanya-saint-val.com
http://www.myspace.com/tanyastval

- PROPOS RECUEILLIS PAR : MAK

- TRANSCRIPTION : ANIA, MAK

- ITW : Laurence Philipbert, Audrey Beaubrun, Kevin Destin

- PHOTO : JOS, ERIC CORBEL, TANYA-SAINT-VAL.COM

- VIDEO : MAK, LIL JO

Répondre à cet article

3 Messages de forum

  • TANYA SAINT VAL| CONFESSIONS

    21 juin 2007 23:24, par Sosso
    Tout à fait excellente soirée de BKEvents. Petit coucou à la rédaction de vibzmag en déplacement sur l’île ce jour là, super travail de pro ... !!
  • Tania St Val

    13 décembre 2007 17:21, par bewitch
    Tu es une artiste exceptionnelle. Il n’existe pas deux comme toi ... Tu es unique ... j’ai déjà eut l’occasion de te rencontrer chez Mr Caracass car je suis une amie de sa fille et j’ai fondu en larme comme un bébé... Tu as une voix qu’on ne pourrait retrouver nul part. A chaque fois que j’entends un de tes sons c’est des frissons qui parcourt tout mon corps. Toutes mes falicitations car pour moi ta carrière musicale est une réussite. Sur ces derniers mots je t’envoie mes salutations et j’espère fortement te rencontrer de nouveaux. Bisous
  • TANYA SAINT VAL| CONFESSIONS

    2 mai 2010 23:33, par GUILOU
    Salut à tous,juste pour dire que depuis le début de ma carrière jusqu’à aujourdh ui tanya reste la plus grande chanteuse antillaise et aussi la plus stylée,bravo à une consoeur que j’apprécie du fond du coeur et bravo à vous pour la beauté de cet article,au fait moi c’est GUILOU prochain album juin 2010 a bientot guilou_a2003@yahoo.fr



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Réalisation : PaysageWeb - Conception graphique : Synergix